How did you develop the story for Hacker's Game?
CM: After I shot my first feature film, The Activist, which took place in 1973, I wanted to direct a contemporary story with young people trying to connect emotionally in the wired world of Internet. I wanted to do something with timely significance just a couple years in the future.

I was following how the media depicts hackers. The most common news story revolves around whether they are heroes or traitors. However, I was more interested in their motivations. What drives an intelligent young person to hack into a top-secret database to reveal something to the public? It requires a great deal of courage. And I was curious how several young hackers died just before they planned to release secret information.

 

This movie is being released at a time when hacking cases have received a great deal of attention. Did you know this when you started writing the script?
CM: First of all, the death of the hacker Aaron Swartz during the script writing, he influenced the character of Soyan. Hacking was already a hot topic when I began developing the film but it became even more important after the shooting was done, with the news about Edward Snowden. It become also a big deal in Hollywood after several movie stars had their iCloud accounts hacked but that was nothing compared to what happened at Sony Pictures recently. Then new hacking cases come up almost everyday and this phenomenon is changing our lives.

The film follows the news closely but goes further. It looks at how data can be altered to rewrite history. We recently have seen a lot of false information going viral and being picked up by major media. This is an issue in "Hacker's Game" as well as in our modern world.


Is the film a techno-thriller or a love story?
CM: Technology plays a big part in the love story. It is the only means for Loise and Soyan to come together. They have difficulty expressing their feelings directly because computers mediate and record everything they do. But it also has become a new way for people to come together.

So they use technology as a shield to hide behind, staying on the Internet to avoid the real world. Their relationship begins as a sort of video game as they court each other through a virtual chess simulator. Real love is a new feeling for them. Soyan and Loise eventually break through into reality and discover themselves.

 

How does your view of the Internet shape the film?
CM: As with many people, the Internet has become a basic part of my life. But I know that online information can be faked and manipulated. How do we believe what we are reading? I am suspicious of anything I can't confirm from multiple reliable sources.

Nowadays, there is a lot of controversy about how big companies like Google or Facebook spy on their users and this is quite an important theme in the movie.
I am scared about a future where facts can be changed for political gain or to manipulate people. But this has already started.

 

Tell us about the look of the movie.
CM: I decided from the very beginning never to put a computer display on screen. By not providing that visual aid, the viewer is forced to focus on the characters and everything that is happening offline. Visually, I represent the Internet with sequences in the film in which terabytes of data flow through cables. We also have graphics that represent data clouds when text messages are sent. These elements show how technology has become more virtual than ever.

I experimented with black light during certain sequences where Loise and Soyan put on these virtual reality cyber-glasses. I wanted to set apart these scenes in a tangible way for the audience. We don't know what they are seeing through the glasses. The music video we shot for announcing the movie, gives us some clues

During the post-production, with Pitof, we experienced with a lot of innovative visual textures for the movie. The look is styled like a comic book or manga with a more digital, futuristic edge.

 

How did you work with the actors?
CM: The biggest challenge was to find the leads for Soyan and Loise. After completing the script, I found Soyan among 2500 headshots. With Chris Schellenger (from Paul Schrader's The Canyons), we did a lot of workshopping to develop the character of Soyan.

For Loise's character, I looked at some French actresses in Los Angeles but none of them quite worked for various reasons. Then, by chance, I met Pom Klementieff who was finishing Old Boy (Spike Lee). It took only a few days for me to come back and cast her. Then I discovered her own biography was very close to that of Loise's character.

I spent three months on pre-production so we could do a lot of rehearsals. Then I rewrote a lot of the script based on it. Actually, that was a benefit for the crew on the shoot because we already figured out the scene through the rehearsal process.


Tell us about shooting Hacker's Game.
CM: I feel I didn't shoot a movie as much as I hacked a movie. Movies usually involve a heavy footprint. But digital technology is changing everything. We had a small crew that took on an ambitious shooting schedule. Mobility was key because we had such a crazy schedule (we shot around seven scenes a day).

 

How did you work with the crew?
CM: Romain Wilhelm is a young talented DOP. Hacker's Game was his first feature film. It was important to me to have a lot of young people in the crew so they could be on the same wavelength with the story.

The crew also was geographically diverse. Besides Americans, we had people from France, Japan, Romania, Belgium, Israel, Korea, etc... Just like the Internet, there were no borders. Amza Moglan, the second unit camera on the film, finally did the edit. He got all the emotional textures I wanted in the film and knew all the shots perfectly since he was on set for the entire shoot.

 

What about the music? You are also a film composer.
From the very beginning I planned to use music from a Los Angeles band "Seven Saturdays." I needed a fresh sound and real songs to go to with the love story. I remixed their songs to fit with the soundtrack and I did the rest of the score myself. I had a very precise idea how to mix those sounds with electric guitars. But there is no code and no rules with electronic sounds. I had to reinvent my own music.

 


 

Comment avez-vous développé l'histoire de Hacker's Game ?
Après avoir réalisé mon premier long métrage, The Activist (dont l'action se passe en 1973), je voulais réaliser une histoire qui arrive dans un futur très proche, avec des jeunes gens qui essaient de se connecter émotionnellement dans le monde d'Internet.

J'ai donc observé comment les médias parlent des hackers. On les dépeint parfois comme des héros, parfois comme des traîtres. Je me suis intéressé à leurs motivations. Qu'est ce qui pousse un jeune homme intelligent à pirater des bases de données secrètes et à révéler le tout au public, tout en prenant d'énormes risques? Et pourquoi de jeunes hackers sont morts avant de révéler des informations sensibles ?

 

Le film arrive au moment où beaucoup d'affaires explosent à propos d'internet ?
Tout d'abord, la mort du hacker Aaron Swartz, survenue pendant l'écriture à eu une influence importante sur le personnage de Soyan. Et depuis l'écriture du scénario et le tournage il y a eu l'affaire Snowden, le hacking de Sony, les hacks de stars, et tous les jours on découvre une nouvelle affaire. La vie de personnalités en est changée. Je crois que le film est complètement dans l'actualité, mais il va un peu plus loin en parlant non seulement du hacking, mais aussi du pouvoir changer des données et de revisiter l'histoire. On a vu récemment beaucoup de fausses informations devenir virales et être reprises par de grands medias. C'est une base de la manipulation dans Hacker's Game et aussi dans notre monde moderne.

 

Le film est il un « techno thriller » ou une histoire d'amour ?
La technologie joue un grand rôle dans l'histoire d'amour. C'est le seul moyen pour Loise et Soyan de se connecter ensemble. C'est difficile pour eux d'exprimer leurs sentiments directement parce que les ordinateurs dirigent et digèrent tout ce qu'ils font. Mais c'est devenu la nouvelle façon de se rencontrer aujourd'hui.

Dans Hacker's Game, Loise et Soyan utilisent la technologie comme un bouclier pour éviter de voir le monde réel. C'est pour cela que leur relation commence comme une sorte de jeu vidéo à travers un simulateur d'échecs virtuel. Le sentiment amoureux est un sentiment nouveau pour Soyan et Loise qui vont se découvrir eux-mêmes dans cette nouvelle réalité.

 

Comment votre vision d'Internet à façonné l'histoire de Hacker's Game ?
Comme pour beaucoup de monde, internet est devenu une partie importante de ma vie. Mais je sais que l'information en ligne peut être falsifiée et manipulée. Comment pouvons-nous croire ce que nous lisons sur le net? Personnellement je me méfie de tout ce que je ne peux pas confirmer à partir de plusieurs sources fiables.

Aujourd'hui, il y a beaucoup de controverse au sujet de la façon dont les grandes entreprises comme Google ou Facebook espionnent leurs utilisateurs, et cela est un thème important du film. J'ai surtout peur d'un avenir où les informations peuvent être modifiés à des fins politiques ou pour manipuler les gens à des fins politiques. Mais cela a déjà commencé.

 

Parlez-nous de l'aspect visuel du film.
Dès le début, j'ai pris la décision de ne pas montrer un seul écran d'ordinateur dans le film. En ne fournissant pas cette aide visuelle, le spectateur est obligé de se concentrer sur les personnages et non sur tout ce qui se passe habituellement sur les écrans. Visuellement, je représente internet avec des câbles, où circulent des millions de données. Il y a aussi des effets qui représentent le "cloud" lorsque des textos sont envoyés.
J'ai voulu un film avec des couleurs fortes. J'ai expérimenté aussi la lumière noire lors de certaines séquences où Loise et Soyan mettent des lunettes virtuelles. Je voulais une lumière spéciale pour ces scènes. Nous ne savons pas ce que Soyan et Loise voient à travers ces lunettes. Mais le vidéo clip que nous avons tourné (la chanson Make Note of Every Sound) pour annoncer le film, donne quelques clés.

Lors de la post production, avec Pitof, nous avons cherché des textures visuelles innovantes pour le film avec une inspiration venant de la bande dessinée et des mangas, avec un côté numérique et futuriste.

 

Comment avez-vous travaillé avec les comédiens ?
Le plus grand défi a été de trouver les acteurs pour jouer Soyan et Loise. Après avoir terminé le script, j'ai trouvé Soyan au milieu de 2500 candidats. Avec Chris Schellenger (The Canyons, de Paul Schrader), nous avons travaillé bien avant le tournage pour développer son personnage.

Pour le personnage de Loise, j'ai cherché des actrices françaises à Los Angeles, mais rien n'a marché pour diverses raisons. Et, à trois mois du tournage, j'ai rencontré Pom Klementieff qui terminait Old Boy (Spike Lee). Il m'a fallu que quelques jours pour revenir vers elle et lui proposer le rôle. J'ai découvert ensuite que sa propre vie était très proche de celle du personnage de Loise.

J'ai passé trois mois sur la pré-production et nous en avons profité pour faire beaucoup de répétitions. Puis j'ai réécrit le script basé sur cette expérience. Cela nous a fait gagner du temps pour le tournage car nous avions déjà en tête toutes les scènes majeures.

 

Justement, parlez-nous du tournage de Hacker's Game.
J'ai plus l'impression d'avoir « hacké » un film et non pas d'avoir « tourné » un film. Les tournages impliquent beaucoup de matériel et la technologie numérique a tout changé. La mobilité a été la clé. Nous avions une petite équipe et un calendrier de tournage ambitieux avec près de sept scènes à tourner par jour.

 

Et comment avez-vous travaillé avec l'équipe ?
Romain Wilhelm est un jeune chef opérateur. Hacker's Game est son premier long métrage. Il était important pour moi d'avoir une équipe jeune pour ce film, afin qu'ils aient une corrélation avec l'histoire.

Le reste de l'équipe venait de différents pays. A part les Américains de Los Angeles, nous avions des gens de France, du Japon, de Roumanie, de la Belgique, d'Israël, de Corée, etc… C'était comme sur internet, il n'y avait plus de frontières. Amza Moglan, qui était deuxième caméra et assistant chef op sur le film, a finalement fait le montage. Il a su rendre toutes les textures émotionnelles que je voulais dans le film. Il connaissait chaque plan du film, étant sur le tournage.

 

Qu'en est-il de la musique. Vous êtes compositeur à la base.
Dès le début j'avais prévu d'utiliser la musique d'un groupe de Los Angeles, " Seven Saturday ». J'avais besoin d'un son neuf et de véritables chansons pour aller avec cette histoire d'amour moderne. J'ai juste remixé leurs chansons pour les adapter au film et ensuite, j'ai fait le reste du score. J'avais une idée très précise la façon de mélanger les sons électro et des guitares électriques. Mais il n'existe pas de code et pas de règles avec les sons électroniques. J'ai dû réinventer ma propre musique.